FAQ Questions fréquentes à propos des éclairage à LED Retour à la page d'accueil

Questions
  1. Comment est constituée une rampe alpheus
  2. Comment savoir quelle rampe me convient
  3. Où l'acheter
  4. Avez vous un showroom
  5. Comment acheter
  6. Y a t-il une dimension maximale
  7. Vous proposez des LED photosynthétiques rouges, à quoi servent-elles
  8. Pourquoi ne pas utiliser de LED UV, bleues...
  9. Cet éclairage est-il compatible avec les aquariums d'eau douce
  10. Peut-on modifier la répartition des modules
  11. Quelles sont les LED utilisées
  12. Pouquoi ne pas utiliser des LED de 50 ou 100W
  13. Une rampe LED alpheus est-elle compatible avec les exigences des SPS
  14. PAR, lumens, Watts, je suis un peu perdu...
  15. Comment la profondeur de la cuve influe t-elle sur l'éclairage
  16. Une réserve de puissance est-elle intéressante
  17. A quoi sert le contrôleur
  18. Est-il possible de s'en passer
  19. Est-il possible d'ajouter le contrôleur ultérieurement
  20. Faut-il toujours un PC de connecté
  21. Sans contrôleur comment fonctionne la rampe
  22. Le contrôleur est-il paramétrable avec un MAC
  23. Que se passe t-il en cas de coupure de courant
  24. Comment peut-on comparer avec la concurrence
  25. Comment comparer avec un éclairage HQI
  26. Quelle est la couleur de la rampe
  27. La rampe chauffe t'elle beaucoup
  28. Comment peut-on ajuster la température de couleur
  29. Quel est le délai de livraison
  30. Peut-on récupérer la TVA
  31. La garantie couvre quelle durée
  32. La rampe fait-elle du bruit
  33. Quelles sont les conditions d'utilisations / installations
  34. Peut-on remplacer un éclairage T5/HQI par un éclairage à LED
  35. Y a t-il des précautions à prendre lors de la mise en service sur un aquarium déjà implanté
  36. Y a t-il un éclairage lunaire
  37. Y a t-il un effet de vaguelettes lumineuses
  38. Si je change de bac le système est-il évolutif
  39. Cette technologie est chère à l'achat, est-elle économiquement intéressante
  40. A quoi servent les optiques de focalisation secondaires
  41. A quelle distance de l'eau la rampe doit être placée
  42. Comment le luminaire est-il protégé contre la corrosion
  43. Comment calculer la puissance nécessaire
  44. Peut-on changer un circuit LED
  45. Comment vont évoluer les LED
  46. Peut-on gérer la rampe avec un automate Profilux
  47. Où se trouve le bloc alimentation
  48. Comment est évalué la durée de vie
  49. Que se passe t-il à la fin de vie des LED, faut-il tout changer
  50. Comment dois-je procéder pour avoir un devis
  51. Avez-vous une solution pour les Red Sea RSM 130
  52. Avez-vous une solution pour les nano et pico-récifs
  53. Quel est le code de connexion Bluetooth
  54. Le rendement de l'alimentation est-il important
  55. Comment est conçu et fabriqué un éclairage alpheus
  56. Comment prendre le contrôle à distance
  57. Comment réussir ses photos avec un éclairage LED
Réponses
  1. Comment est constituée une rampe alpheus ?
    Le principe de réalisation repose sur une idée simple : Pour être pleinement efficace l'éclairage doit pouvoir être placé où il est utile et s'adapter parfaitement à toutes les dimensions, le luminaire doit être évolutif et facile à maintenir. Une rampe alpheus est ainsi constituée d'éléments placés côte-à-côte soit dans la longueur de la cuve, soit dans sa largeur. A partir de ces éléments de base, appelé 'modules' de 38, 50, 61, 72 et 83 cm il est possible de s'adapter à tous les formats de cuves. Les modules sont espacés de 5 à 25 cm selon la profondeur du bac et le biotope cible. Les modules sont chainés électriquement et pilotés par le même contrôleur mais restent indépendants dans leur fonctionnement. Un cadre, appelé 'ossature' ceinture les modules pour finir le luminaire. Celui-ci est suspendu par câbles inox à environ 25cm de la surface de l'eau. Outre la couverture adaptée à la surface de l'aquarium, ce système modulaire offre de nombreux avantages :
    - Les obstacles au chemin lumineux comme les renforts, surverses, etc. peuvent être 'sautés' afin d'optimiser l'efficacité du flux lumineux,
    - Des zones de plus ou moins forts éclairement peuvent être définies,
    - L'ajout, le déplacement ou la suppression d'un ou plusieurs modules est possible à tout moment (enlever un module n'empêche pas le bon fonctionnement des modules restants),
    - La recomposition d'un nouveau luminaire pour un autre aquarium à partir des modules de base est tout aussi possible,

    Architecture modulaire luminaire à LED alpheus

    Les modules peuvent être placés dans la longueur (schéma a), la largeur (schéma b) ou la double-longueur (schéma c), la sélection dépend la géométrie de la cuve. Il faut prévoir de laisser un espace de 10 cm (récifal) ou 15 cm (eau douce) entre les modules et les bords de la cuve. Le module de 80cm peut donc couvrir une longueur de cuve de 1m (récifal) ou 1m10 (eau douce) au-dela de cette longueur il est préférable de placer les modules dans la largeur, ou si l'aquarium est étroit en mode 'double-longueur'. Et pour un aquarium où l'on souhaite une zone fortement éclairée de plus d'un mètre de large il sera nécessaire d'utiliser deux structures... ou plus encore !

    (a) Modules placés dans le sens LONGEUR
    placement module RADIMETRIX dans la longueur

    (b) Modules placés dans le sens LARGEUR
    placement module RADIMETRIX dans la largeur

    (c) Modules placés dans le sens DOUBLE - LONGUEUR

    Un schéma d'implantation est communiqué pour les projets hors standard, par exemple :


    Schéma représentant l'aquarium 2m x 0m90 x 0m60 vue de dessus et le dispositif d'éclairage alpheus
    10 modules 11M1001 et 5 modules 11M1002 pour une puissance de 750 Watts équivalent à 1500 Watts HQI
    L'aquarium possède deux zones SPS et une zone LPS, des renforts sont évités ainsi qu'un angle et une surverse.


    Le résultat de l'exemple ci-avant (l'aquarium de Laurent).
    Cet aquarium est décrit das le numéro 25 de Zebrasomag

    Voir également le Manuel de montage des rampes RADIOMETRIX

    Retour au début des questions


  2. Quelle rampe me convient ?
    Pour connaitre et chiffrer techniquement et commercialement la rampe RADIOMETRIX adaptée à votre aquarium vous avez deux possibilités :
    1. Calculer vous même très simplement à l'aide de nos outils disponibles sur la page Calculateur
    2. Demander par courriel ou par le formulaire en ligne un devis détaillé en précisant les dimensions de votre aquarium, le biotope ciblé, les contraintes qui peuvent impacter le projet, l'éclairage actuel, toute information complémentaire que vous estimez utile.

    Retour au début des questions

  3. Où l'acheter ?
    Les luminaires alpheus ne sont actuellement pas disponible dans le réseau des distributeurs, l'achat s'effectue sans intermédiaire en nous contactant directement. Nous regrettons de ne pouvoir utiliser le réseau de distribution mais les marges ne sont pas compatibles avec celles que nous réalisons. Tous nos produits sont développés et réalisés réellement en France et, pour maintenir des prix compétitifs vis à vis de la concurrence délocalisée, après l'achat des fournitures et le paiement de nos sous-traitants, nous ne pouvons malheureusement pas faire autrement. Par ailleurs, les bénéfices réalisés sont investis intégralement pour la recherche et le développementde des nouveaux produits. Ceci fait que les magasins d'aquariophilie ignorent (au mieux) nos produits. Pour un avis pertinent et réellement objectif il est préférable de contacter directement nos clients, voir ci-après.

    Retour au début des questions

  4. Avez-vous un showroom ?
    Nos clients sont notre meilleur showroom, une carte permet de localiser la rampe alpheus proche de votre domicile et, sur une demande de votre part, nous vous mettrons en contact avec ce client. Ainsi vous aurez un avis objectif et l'observation d'un résultat réel de nos luminaires. Autre point fort de notre vente : Satisfait ou remboursé, nous reprenons la rampe d'éclairage si celle-ci ne vous convient pas jusqu'à trois semaines d'essai, ainsi vous avez la tranquilité de choix et la certitude que votre achat correspondra à votre attente (voir nos conditions générales de ventes).

    Retour au début des questions

  5. Comment passer commande ?
    La commande passe par l'acceptation du devis que vous aurez sollicité, celui-ci est établi sur une demande de votre part et une base personnalisée où toutes les caractéristiques sont indiquées et contractuelles. Ce devis nous est soit retourné signé, soit 'scanné' et envoyé par courriel.
    Nous ne demandons pas d'acompte à la commande et le paiement peut s'effectuer en trois fois sans frais. Les conditions de ventes sont précisées sur nos conditions générales de ventes et nos coordonnées bancaires sur la page informations légales La possibilité d'un retour sans frais autres que ceux d'acheminement est également pris en charge au-delà du délai légal de rétractation sous réserve que le matériel soit retourné en bon état.

    Retour au début des questions

  6. Y a t-il une dimension maximale ?
    La plus petite taille des modules RADIOMETRIX standards est 38cm, la rampe ne pouvant être composée que d'un unique module. La plus grande est basée sur le module de 83cm suffisant pour les aquariums de 1m de large environ. La longueur de la structure sera limitée à 2m50, au-delà de ces dimensions le luminaire sera composé de plusieures structures pilotées par un contrôleur unique.

    Retour au début des questions

  7. Vous proposez des LED photosynthétiques rouges, à quoi servent-elles ?
    Les LED rouges 660nm sont un complément indispensable à l'épanouissement des algues et plantes supérieures. Les biotopes tels que : refuges algals, aquariums d'eau douce, aqua-terrariums, terrariums, ou applications horticoles telles que : murs végétaux, cultures sous serres, etc. nécessitent la présence de ces LED rouges qui sont un complément indispensable aux bleus 450nm et 470nm et au blanc de nos luminaires PAR. Le pilotage des canaux rouges, bleus et blancs par notre contrôleur peuvent ainsi favoriser la croissance ou déclencher des cycles de floraisons. En revanche pour les biotopes récifaux nous déconseillons l'usage des LED rouges qui sont potentiellement dangereuses pour les invertébrés zooxanthellés..

    Retour au début des questions

  8. Pourquoi ne pas utiliser des LED UV, violettes, vertes, cyan ...?
    Pour les LED UV ces LED ne sont pas conçues pour l'éclairage et sont généralement utilisées pour le durcissement des résines. Les LED ne sont ainsi pas qualifiées pour respecter une législation. Des précautions supplémentaires quant à leur usage sont aussi clairement indiquées, y compris sur des éclairages indirects. alpheus insiste également sur le fait de ne jamais fixer du regard une source lumineuse LED de puissance, notamment les LED bleues et à fortiori les UV et les LED UV nécessitent une protection supplémentaire contre les regards indirects. Second point les essais menés pour vérifier si ces longueurs d'ondes apportent un avantage quelconque ne sont pas décisifs. Ces LED sont par ailleurs peu puissantes et le flux lumineux pour l'observation ou la croissance est simplement insignifiant. Enfin l’émission d’UV ne stimule pas plus la fluorescence corallienne qu’une excitation dans le bleu royal à 450nm qui apporte réellement l'énergie photosynthétique. Entre bénéfice supposé et risque potentiel alpheus choisi de ne pas placer de LED UV sur ses équipements.
    Pour les LED de couleurs bleue, orange, ambre, verte, jaune, cyan, etc. toutes ou presque sont disponibles en LED de puissance, mais leur utilité, du point de vue pigments photosynthétiques, demeure marginale. Le spectre étroit et le faible rendement des LED de couleur n'apportent pas le complément escompté aussi nous préférons focaliser les dépenses où elles sont justifiées et nécessaires. En effet une LED 'blanche' est une émission par fluorescence d'une couche de phosphore excitée par un rayonnement initial bleu royal à 450nm. Le spectre ainsi obtenu est infiniment plus puissant et complet que des raies spectrales étroites obtenues par des LED de couleur qui ont assez peu de chances pour correspondre aux pigments photosynthétiques 'marginaux'. Pour cette raison les LED blanches utilisées sont électionnées avec une puissance significative qui se traduit aussi par une température de couleur intrinsèque de 6500 K. Associées avec des LED à 450nm, selon nos conditions de mises en oeuvre, le résultat final est équilibré, complet et efficace tant du point de vue photosynthèse que de celui du rendu visuel.


    La LED 'blanche' contient un spectre très large, ainsi, par exemple, l'émission dans le vert 550nm est plus important avec la CREE XM-L U2 qu'avec n'importe quelle LED verte de haute puissance CREE ou autre ce qui explique l'inutilité technique de tels ajouts avec d'excellentes LED 'blanches'
    .

    En résumé : Le choix de LED effectué par alpheus assure le meilleur résulat selon le biotope marin ou eau douce terrestre. Il serait facile d'ajouter des LED de couleurs (disponibles au même tarif et nousle faisons pour des applications très particulières dans le cadre de recherches au sein du CNRS par exemple) mais nous réfutons cette argument marketing qui, dans le meilleur des cas ne sert à rien du point de vue physiologie, mais qui peut même être potentiellement dangereux pour les invertébrés zooxanthellés.


    Vidéo de Samuel Guy sous éclairage de fluorescence alpheus

    Retour au début des questions

  9. Cet éclairage est-il compatible avec les aquariums d'eau douce ?
    Nous avons un modèle spécfique à l'eau douce/usage horticole comportant des LED rouges photosynthétiques 660nm. La puissance nécessaire à un aquarium d'eau douce est cependant inférieure à celle nécessaire pour un aquarium récifal. En effet les eaux douces sont plus turbides, les frondaisons des arbres occultent partiellement la lumière solaire, la météo est souvent moins dégaqée. Aussi ces biotopes (eaux claires, eaux noires, eaux blanches, lacs africains) sont traités différemment des biotopes récifaux du point de vue composition spectrale et puissance du flux lumineux. Il en est de même pour les terrariums, les aqua-terrariums ainsi que les cultures horticoles : plantes tropicales, cultures, etc. Pour chaque cas et situation, particulier ou professionnels, alpheus propose une solution adaptée et sur-mesure. Nous maitrisons également l'intégralité des développements ce qui nous permet d'adapter ou de faire évoluer nos équipements vers des besoins ou exigences spécifiques.

    Aquarium eau douce éclairage RADIOMETRIX horticole (hauteur d'eau 1m20)

    Aquascaping eau douce éclairage RADIOMETRIX horticole

    Retour au début des questions

  10. Peut-on modifier la répartition des modules ?
    Il est possible à tout moment de déplacer et réorganiser les modules dans la structure et même d'en ajouter ou retirer. Le câblage permet désormais de prolonger avec beaucoup de facilité un ensemble existant, quasiment de façon illimitée.

    Retour au début des questions

  11. Quelles sont les LED utilisées ?
    Les LED utilisées sont une sélection des meilleures LED haute puissance (HPLED) actuellement disponibles :
    Pour les LED blanches les CREE XM-L2 6500K (10W) U2 et U3
    Pour les LED bleues royal les Luxeon Lumileds Rebel-ES-PR02 450nm (3W) -900 M4R soit des -1100
    Pour les LED bleues les Luxeon Lumileds Rebel-ES-PB01 470nm (3W)
    Pour les LED rouges les Luxeon Lumileds Rebel-ES-PD01 660nm (3W)

    Un tri (BINNING) classe les LED de même référence en fonction de leur performance. Ceci n'est pas anodin car les différences peuvent être du simple au double. l'objectif d'alpheus est d'obtenir les meilleurs rendements aussi sont sélectionnés les meilleurs BIN (U2 pour la XM-L2), et alpheus est leader des éclairages pour biotopes photosynthétiques. Les certificats d'achats sont à la disposition de nos clients, ils assurent la traçabilité des composants critiques implantés sur nos circuits.
    BIN des LED utilisées

    Retour au début des questions


  • Pourquoi ne pas utiliser des LED de 50 ou 100 Watts ?
    Nous développons nos circuits et sélectionnons tous les composants élémentaires y compris les LED. Il semble évident que nous optons pour la solution que nous estimons la plus efficiente pour ne pas être dépassé par la concurrence. Si nous n'utilisons pas ces LED ce sont pour des raisons d'efficacité et de pérennité. Une LED est un composant, ou ‘puce', caractérisé par une tension de fonctionnement (VF ou Voltage Forward) et un courant nominal, les valeurs courantes pour les LED sont une tension de 3 Volts pour un courant de 1 Ampère, soit une puissance de 3 Watts. Les XM-L sont des LED acceptant 3 Ampères soit environ une puissance de 10W mais cela constitue actuellement un record pour une LED constituée d'une puce unique. Les LED de puissance 50 Watts, 100 Watts, ou plus, sont un assemblage de LED de puissance (multi-puces) encapsulées  dans un même boitier. Ces LED de 50 ou 100W présentent, soit des tensions de fonctionnement élevées (assemblage en série) soit des courants élevés (assemblage en parallèle), ou un mixte de ces deux configurations. Les fabricants de LED 50 ou 100 W sont généralement des intégrateurs de puces LED qu'ils achètent par ailleurs.  Les puces de base qui constituent ces assemblages ne sont pas les meilleures disponibles aussi un groupe de LED unitaire de classe supérieure obtient de meilleures performances à puissance électrique égale et un rendement deux fois supérieur est atteignable. Mais le défaut principal de ces assemblages est la concentration de puissance sur une petite surface ce qui induit une problématique thermique quasiment impossible à résoudre pour tenir les durées de vie des LED. Ici la dissipation passive ne suffit pas, il est au moins nécessaire d'utiliser un ventilateur par assemblage, voir un refroidissement par eau ou Peltier pour garantir les températures maximales servant de références aux caractéristiques annoncées par les fabricants. D'autre part la concentration va à l'encontre d'une distribution homogène du flux lumineux, de la modularité,  du contrôle de la température de couleur (les sélections de BIN sont très réduites ou non maitrisées),  des possibilités de gradations à des niveaux subtils, etc. Pour ces raisons cette solution n'est pas utilisée par alpheus qui a fait le choix des meilleures performances et apporte, pour ses luminaires, une garantie de bon fonctionnement sur une durée de vie longue et une qualité constante. En revanche pour les bricoleurs, le fait de n'avoir que peu de composants à câbler semble faciliter la tâche pour une réalisation DIY (attention cependant : la gestion thermique apporte son lot de problèmes). Des solutions alternatives existent aussi avec des composants LED câblés sur MCPCB, SMI ou STAR comme notre circuit 11C1001.

    Retour au début des questions

  • Une rampe LED alpheus est-elle compatible avec les exigences des SPS ?
    Les essais sont menés sur nos aquariums récfaux depuis 2006. Depuis 2009 les rampes à LED alpheus sont commercialisées et le retour d'expérience est parfaitement concluant. Non seulement cet éclairage est compatible mais les résultats en termes de croissance et de couleur sur les coraux durs à petits polypes sont particulièrement satisfaisants. Actuellement nous avons des centainse d'installations et toutes sont unanimes, les résultats sont excellents !

    aquarium JLC sous LED alpheus
    Aquarium de JLC,300 litres, sous éclairage LED alpheus depuis décembre 2008



    Aquarium de David sous éclairage LED alpheus

    Retour au début des questions

  • PAR, lumens, Watts, je suis un peu perdu...
    Avant l'apparition des nouvelles technologies à faible consommation énergétique tout semblait simple, le flux lumineux d'un luminaire T5 ou HQI était simplement caractérisée par sa consommation électrique : 150 Watts, 250 Watts, etc. Désormais les choses sont plus compliquées. Les notions d'économies d'énergie, d'impacts limités sur l'environnement poussent les constructeurs à obtenir les meilleurs rendements lumineux à consommation électrique égale. Il est donc plus raisonnable d'évaluer le flux lumineux de la rampe que sa simple consommation électrique car les meilleurs modèles ne doivent pas être pénalisés par leur bon rendement !
    Le flux lumineux est généralement mesuré en lumens, information complétée par la température de couleur, par exemple 2700K est un ressenti blanc chaud. Cependant, si cela est parfait pour notre vision et la définition d'une ampoule d'éclairage, cela l'est très imparfaitement pour les applications mettant en oeuvre la photosynthèse.
    En effet le spectre lumineux est utilisé différemment selon que l'on s'intéresse à la perception visuelle ou à son exploitation par les plantes. Si on s'intéresse à la vision humaine, les différentes couleurs sont perçues (de jour) selon une décomposition en rouge, vert et bleu (trichromie RVB) avec un maximum de sensibilité situé à 555nm (vert-jaune). En ce qui concerne la photosynthèse, l'énergie lumineuse est exploitée par divers pigments, dont les chlorophylles. Ces pigments sont plus sensibles aux parties bleues et rouges du spectre et pour des longueurs d'ondes très spécifiques.

    La perception visuelle de la luminosité n'est pas proportionnelle à la quantité de lumière, elle est beaucoup plus sensible à faible éclairement et perd cette sensibilité à fort éclairement où les différences ne sont plus perceptibles. En ce qui concerne la photosynthèse l'énergie utilisable est proportionnelle au flux énergétique ou PAR (pour Photosynthetic Available Radiation) et cela jusqu'à un seuil de saturation et aussi dans la limite des longueurs d'ondes de 400 à 800nm.

    Il y a ainsi deux façons pour appréhender la lumière : la photométrie et la radiométrie. L'éclairage est utile à la vision de l'aquarium et aux animaux de l'aquarium, mais est vital pour les organismes dépendants de la photosynthèse. Ces deux aspects doivent être correctement assurés par l'éclairage artificiel.

    MESURE PHOTOMETRIE RADIOMETRIE
    Flux Lumens (lm) milliWatts (mW)
    Éclairement Lux (lx) est égal à 1 lm/m² Watts/m² ou µmoles/m²/s (µEinsteins)
    Rendement Lumens/Watt (lm/W) mWatts/Watt
    Colorimétrie Température de couleur Kelvin (K) ou % IRC -

    Pour notre application il faut donc que la source lumineuse contribue à la fois à la photosynthèse et à l'observation. Cependant le critère 'in fine' de calcul de puissance d'un dispositif d'éclairage récifal est celui relatif à la photosynthèse (d'où les mesures en PAR, PUR, et les unités associées : µmoles/m/s ou µEnsteins, qui deviennent désormais les unités couramment usitées pour qualifier ces éclairages). Ainsi c'est l'énergie de source radiométrique qui a servi de nom de baptême à notre série RADIOMETRIX développée pour répondre spécifiquement à ce besoin. Il convient de noter que l'énergie radiométrique exprimée en mW est le pendant de l'énergie photométrique (la quantité de lumière) exprimée en lumens, c'est à dire caractérisant la source (émetteur) et non dépendant de l'endroit où est reçu le flux lumineux (récepteur).
  • L'unité PAR Photosynthetic Available Radiation est équivalent au lux, c'est-à-dire le flux mesuré au niveau du récepteur et donc soumis à grande variabilité en fonction de l'endroit où est effectué la mesure (voir ci-après). Le PAR à cependant l'avantage de considérer l'ensemble du spectre utile à la photosynthèse (de 400 à 700 nm) et ne pas le limiter à, ou favoriser, celui propice à la notre vision (550 nm).
  • Le PUR Photosynthetic Usable Radiation est encore préférable car il s'agit d'un PAR où seules les longueurs d'ondes utiles aux organismes photosynthétiques sont prises en compte, il y a donc aurtant de PUR que de biotopes auxquels on s'intéresse. Par exemple, dans le cas d'une lampe émettant un spectre composée de 3 fréquences, bleue (450nm), verte (550nm) et rouge (660nm) qui nous donne ume impression de lumière blanche. Un luxmètre va essentiellement mesurer la composante verte, un PAR mètre tiendra compte de façon égale des trois longueurs d'ondes bleue, verte et rouge et, en ce qui concerne les organismes photosynthétiques (le PUR), ce seront essentiellement les longueurs d'ondes bleue et rouge qui seront utiles. Dans le cas extrème d'une lampe émettant strictement dans le vert il est possible de mesurer un flux en lumens très important, un PAR correct et obtenir un résultat déplorable sur les organismes photosynthétiques causé par un faible PUR . Dans tous les cas, biotopes récifaux, eau douce ou horticoles, le PUR d'une rampe alpheus RADIOMETRIX est excellent car adapté à une application photosynthétique spécifique.
  • Le logiciel fourni avec la rampe analyse la température de couleur, le spectre et indique le PAR en fonction des niveaux de gradations courants de la rampe alpheus RADIOMETRIX:
  • Retour au début des questions

  • Comment la profondeur de la cuve influe t-elle sur l'éclairement ?
    Alors que pour une source située à l'infini les rayons sont parallèles et la mesure en PAR ou lux ne va guère changer avec une distance de quelques mètres (seule la turbidité ou transparence de l'eau est significative), une source artificielle génère un cône lumineux dont le flux mesuré à la base varie évidement beaucoup avec la distance, dans l'air puis dans l'eau malgré un léger rétrisissement du au changement d'indice. Il ainsi très difficile de caractériser une rampe avec des mesures PAR , un même dispositif avec des lentilles différentes, ou une position différente, pouvant donner des résultats du simple au double voir plus. Le schéma ci-après explicite cela :

    Cones optiques

    Schémas représentant l'affaiblissement de l'éclairement (lux ou PAR) en fonction de la distance à la source :
    A la source est située à l'infini (soleil), les rayons sont parallèles et il n'y a pas d'affaiblissement mesurable avec la distance autre que l'atténuation liée à la turbidité de l'eau ou de l'atmosphère ainsi l'éclairage à 1m n'est que peu différent de celui à 2m.
    B la source est artificielle, par exemple LED, une optique d'angle fermée équipe la LED, l'atténuation avec l'éloignement est sensible mais reste faible, il est possible de pénétrer une couche d'eau importante.
    C la source est artificielle, par exemple HQI, T5 ou LED équipée d'une optique d'angle ouvert ou sans optique secondaire, l'atténuation avec l'éloignement est important et la distance avec la source influe grandement sur l'énergie photométrique reçue.

    Ce petit schéma montre clairement la diffèrence d'éclairements en fonction de la profondeur d'eau entre un éclairage naturel solaire et une source artificielle. Il faut tenir compte de cet effet dans le calcul du luminaire. Ceci explique aussi pourquoi les résultats sont parfois différents avec seulement quelques centimètres de hauteur d'eau en aquarium alors qu'en milieu récifal naturel des différences de quelques mètres sont relativement peu significatives. alpheus utilise en standard des collimateurs optiques d'angle fermé (36°) en PMMA à haute transmissivité qui permettent d'éclairer des aquariums avec des hauteurs d'eau très importantes et autorise un placement de la rampe assez haute au-dessus de la cuve. Ce paramètre liée à la hauteur de la colonne d'eau est un de nos facteurs de calcul de la puissance du luminaire nécessaire pour un projet.

    Retour au début des questions

  • Une réserve de puissance est-elle intéressante ?
    Une réserve de puissance est intéressante que si elle est associée au contrôleur. En effet la gradation permet de ne pas exploiter immédiatement la totalité du potentiel de la rampe. Ainsi celle-ci chauffe moins, consomme moins, fonctionne avec un meilleur rendement et permettra de répondre à une évolution future du besoin.

    Retour au début des questions

  • A quoi sert le contrôleur ?
    Le contrôleur sert à reproduire les cycles de la lumière baignant les biotopes naturels. Il permet d'ajuster la quantité de lumière et la température de couleur en fonction du temps. Ceci est possible grâce au réglage séparé des différents canaux : bleus, blancs et rouges si présent. Ce contrôleur dispose de nombreuses fonctionnalités, c'est aussi un élément qui multiplie le plaisir d'observation de son aquarium et améliore la physiologie des animaux. Associé au logiciel ETHER des fonctionnalités annexes assurent aussi de multiples services (gestion de webcam, envoi de mails, analyse graphique, ...).

    Retour au début des questions

  • Est-il possible de s'en passer ?
    Oui, il est possible de se passer du contrôleur. Dans ce cas on se trouve dans une configuration HQI + T5 classique : Pilotage en tout ou rien des canaux bleus, blancs et rouges (si présents).

    Retour au début des questions

  • Est-il possible d'ajouter le contrôleur ultérieurement ?
    Oui, le câblage est préparé pour cette éventualité.

    Retour au début des questions

  • Faut-il toujours un PC de connecté ?
    Non, la connexion avec le PC n'est pas permanente. Elle est indispensable lors de l'initialisation des paramètres et ensuite uniquement lors des modifications souhaitées. Les paramètres sont sauvegardés pendant un temps infini dans le contrôleur en absence d'alimentation. La date continue aussi d'être mise à jour hors tension pendant une semaine mais une coupure de courant supérieure nécessite la remise à l'heure de la rampe et donc la connexion en radio Bluetooth avec un PC. Nota : La sauvegarde de la date est faite par un super-condensateur ce qui évite le recyclage d'une pile ou batterie. L'utilisation de certaines fonctions de surveillance nécessite cependant une connexion permanente (envoir de courriels d'alarme par exemple).

    Retour au début des questions

  • Si je ne prends pas l'option contrôleur comment fonctionne la rampe ?
    Avec de simples programmateurs horaires, éventuellement et un dispositif à relais peut couper le canal blanc indépendamment des autres canaux mais uniquement en mode 'Tout Ou Rien'.

    Retour au début des questions

  • Le contrôleur est-il paramétrable avec un MAC ?
    Pour cela il faut 'monter une machine virtuelle' Windows sur le Mac et utiliser un outil payant par exemple VMWare Fusion ou Parallels 7
    Et il faut en plus une licence Windows (pour installer dans la machine virtuelle).
    Si vous utilisez VMWare Fusion, vous pouvez connecter la clé USB-Bluetooth fourni avec le contrôleur à condition de désactiver le Bluetooth natif du Mac. Une fois le contrôleur Bluetooth natif désactivé dans OS X, connectez le dongle Bluetooth fourni en vous assurant qu'il soit appairé au système d'exploitation Windows et non Mac. Une fois cette étape réalisée, suivez la procédure d'installation standard sous Windows comme décrite dans le manuel du programme ETHER.
    Autre solution, faire un "bootcamp" sur le Mac, c'est à dire avoir la possibilité de démarrer son mac soit avec Mac OS soit avec Windows au démarrage : http://www.apple.com/fr/support/bootcamp/
    Dans ce dernier cas il faut juste l'OS windows avec une clef.
    Attention : Comme tout PC avec adaptateur Bluetooth natif, il ne faut pas utiliser le dongle USB-Bluetooth livré avec le contrôleur avec votre Mac. Cet adaptateur n'est indispensable que si l'ordinateur est dépourvu de port Bluetooth. Si l'adaptateur est mis en plus du port natif le fonctionnement ne sera pas correct. Un tutoriel pour l'installation d'un port COM Bluetooth sur Mac.

    Retour au début des questions

  • Que se passe t-il en cas de coupure de courant ?
    Le contrôleur conserve les paramètres de configuration dans une mémoire non volatile (mémoire permanente même non alimentée). La date continue de fonctionner pendant une semaine grâce à un super condensateur de 1 Farad qui remplace avantageusement une batterie. Si l'alimentation est seulement interrompue que quelques heures le cycle reprend à la date courante sans décalage après les quelques secondes nécessaires à l'initialisation et une progression rapide du niveau d'éclairement pour atteindre son niveau normal. Après une semaine non alimenté, la date est malgré tout perdue et lorsque le système est de nouveau alimenté, l'heure est placée par défaut au début d'une journée. Ainsi la rampe est éteinte et va s'allumer très progressivement au bout de quelques minutes, soyez patient, ce n'est pas une panne.

    Retour au début des questions

  • Comment peut-on comparer avec la concurrence ?
    La démarche d'alpheus est difficile à valoriser car notre stratégie est celle de la performance maximale et pas celle de l'optimisation des coûts. Les éléments techniques de discernement sont difficiles à appréhender mais nous comptons aussi sur la perspicacité des aquariophiles. Pour décrypter les points clés nous proposons des comparatifs dans notre rubrique Comparatifs avec la concurrence
    Un exemple : L'utilisation de LED XM-L de dernière génération et achetées avec le meilleur BIN augmente le prix d'achat et diminue considérablement la puissance électrique consommée pour un résultat lumineux identique. Si on s'arrête simplement à une comparaison de la puissance électrique il est préférable d'acheter des LED de performances moindres et qui couteront moins cher, bien entendu le résultat ne sera pas le même.

    Retour au début des questions

  • Comment comparer avec un éclairage HQI ?
    Le plus simple est de nous consulter pour l'établissement d'un devis. Sur le devis personnalisé apparait un calcul d'équivalence HQI basé sur une très bonne ampoule HQI BLV Nepturion 10000K équipé de son réflecteur et d'un ballast électronique. Le rapprochement est ainsi très facile.
    alpheus utilise les meilleures LED disponibles pilotées avec le meilleur compromis coût/rendement, le rapport entre puissances électriques consommées pour le même flux lumineux est ainsi un peu supérieur à 2 par rapport aux technologies classiques. Des chiffres fantaisistes (rapport 3, 5 voir 10 !) sont parfois annoncés par la concurrence, ceux-ci risquent d'être la source de désappointements.

    Retour au début des questions

  • Quelle est la couleur de la rampe ?
    La rampe est en inox 316L finition brossée donc un ton métal. Il est possible de la recouvrir d'un parement pour l'adapter à une finition spécifique.

    Retour au début des questions

  • La rampe chauffe t'elle beaucoup ?
    Non la rampe chauffe très peu, la sensation de chaleur est uniquement ressentie au niveau des dissipateurs thermiques, elle ne peut en aucun causer ni brûlures ni même un désagrément. Cependant il ne faut pas entraver la convection naturelle nécessaire au dégagement thermique et l'air ambiant du luminaire ne doit pas excéder 45°C. Par ailleurs la rampe fonctionne sans ventilateur (fanless) ce qui assure un silence total et l'absence d'entretien.

    Retour au début des questions

  • Comment peut on ajuster la température de couleur ?
    Sans contrôleur on ne peut fonctionner qu'en tout ou rien sur les différents canaux bleu, blanc et, si le biotope est horticole ou algal, rouge. Avec le contrôleur toutes les possibilités sont offertes de 6500K à ...100% bleu actinique. La température de couleur est même sélectionnée automatiquement en fonction du biotope et varie avec l'heure.

    Retour au début des questions

  • Quel est le délai de livraison ?
    Le délai de livraison dépend du stock en cours, en moyenne comptez six semaines.

    Retour au début des questions

  • Peut-on récupérer la TVA ?
    Oui, et les prix sont indiqués TTC et HT, ceci contrairement aux entreprises individuelles non assujetties à la TVA (article 293-B). Ainsi les ressortissants non membres de l'UE, ou encore dans les DOM, peuvent acheter en détaxe, voici le document explicatif des douanes : Ventes en détaxe Nous tenons à disposition les formulaires permettant d'effectuer la procédure.

    Retour au début des questions

  • La rampe fait-elle du bruit ?
    Non, il n'y a aucun élément en mouvement ou susceptible de faire du bruit (ventilateurs par exemple).

    Retour au début des questions

  • La garantie couvre quelle durée ?
    La garantie est de cinq ans dans les conditions normales d'utilisation (voir ci-après).

    Retour au début des questions

  • Quelles sont les conditions d'utilisations / installations ?
    aquarium JLC LED alpheusLes conditions normales d'utilisation sont une distance eau – rampe supérieure à 15 cm, (idéalement entre 25 et 35 cm) sans projections d'eau directes autres qu'accidentelles et une température d'air ambiant inférieure à 45°C.

    L'ossature en inox (5cm d'épaisseur seulement) est en standard un modèle à suspendre par câbles inox. Le kit complet de suspension ajustable est fourni avec la rampe. Cette structure peut être occultée par un habillage externe pour une meilleure intégration selon décoration du local (non fourni) si cet habillage possède une ouverture qui permet la convection thermique (partie supérieure libre ou extracteur d'air).

    L'installation nécessite une source d'alimentation secteur 230V 16A, installation aux normes et protégée par un dispositif de déclenchement différentiel 30 mA. Les alimentations fournies avec le luminaire sont sûres (Classe III Très Basse Tension de Sécurité), étanches et possèdent un excellent rendement de 93%. Le faisceau électrique permet le déport des alimentations à plusieurs mètres de la rampe (en standard 3m autres distances à préciser).

    Retour au début des questions

  • Peut-on remplacer un éclairage T5/HQI par un éclairage à LED ?
    Le remplacement est possible, il faut cependant fournir un éclairement de qualité supérieur ou égal à celui existant nécessaire aux invertébrés symbiotiques. Ce n'est pas tant le changement de technologie qui est important mais le niveau énergétique du flux lumineux et la qualité de son spectre (voir aussi le point suivant).

    Retour au début des questions

  • Y a t-il des précautions à prendre lors de la mise en service sur un aquarium déjà en service ?
    Oui, avec un éclairage à LED alpheus RADIOMETRIX™ la puissance radiométrique est importante versus le flux exprimé en lumens du fait de la forte proportion de bleu 450nm du dispositif. Les LED bleues sont aussi bien plus efficace que les tubes bleus, actiniques ou supra-actiniques en technologie T5. La température de couleur est ainsi particulièrement élevée mais aussi énergétique pour la photosynthèse en milieu marin. Ceci fait que le jugement de puissance peut être erroné à la simple vue. Il convient d'être prudent et de commencer par un niveau d'éclairement faible (nous suggérons de commencer à 50/60%) pour progresser peu à peu vers le niveau final souhaité. En effet une erreur de photo-acclimatation peut s'avérer funeste pour certaines espèces de coraux sensibles (Acropora spp par exemple) qui sont aussi généralement placés à des positions fortement exposées. Il est préférable de sous-éclairer, désagrément provisoire sans conséquence autre qu'un assombrissement temporaire du corail, que de sur-éclairer, tout au moins lors des premières semaines. Ainsi le contrôleur alpheus possède cette fonction de photo-acclimatation automatique qui permet la photo adaptation progressive, réglable de 1 à 5% / jour, des invertébrés à l'éclairement LED.

    Retour au début des questions

  • Y a t-il un éclairage lunaire ?
    Oui, la simulation de l'éclairage lunaire est disponible mais seulement avec l'option contrôleur. Avec celui-ci alpheus offre également un éclairage de fluorescence qui est souvent confondu avec l'éclairage lunaire.
    L'éclairage de fluorescence est un bleu actinique sombre comportant peu de blanc destiné à faire ressortir la fluorescence corallienne lors du crépuscule
    L'éclairage lunaire est un blanc 6500K de très, très faible intensité. L'aspect froid que nous trouvons à l'éclairage lunaire provient de notre vision nocturne scotopique qui ne distingue pas les couleurs. Le contrôleur simule les variations d'intensité selon un cycle de 29 jours (synchrone du véritable cycle de la lune) qui peut être utilisé pour les cycles de reproduction de certaines espèces (au même titre que les cycles saisonniers également disponibles au travers du contrôleur ou des variations de températures de l'eau entre l'été et l'hiver, les variations de salinité,...). La question est : l'éclairage lunaire conduit-il à une reproduction non désirée des coraux ou des Tridacna spp ? Les organismes ne trouvant pas les conditions requises pour se reproduire ne vont pas se reproduire simplement si un éclairage lunaire simulé est disponible. A l'inverse des animaux désirant se reproduire vont trouver une autre clé de synchronisation (température, lumière externe, un changement d'eau, etc.). Ainsi cette simulation de lune, permet certes la synchronisation, mais ne déclenche pas réellement des cycles de reproduction et ne favorise qu'assez peu celles-ci. Cet remarque est confortée par le constat que des reproductions ne sont pas observées avec des aquariums simulant les cycles saisonniers et lunaire et aussi obtenus avec des éclairages pourtant fixes !
  • Contrairement aux idées reçues un éclairage lunaire est avantageusement dans les tonalités blanc chaud
    Contrairement aux idées reçues un éclairage lunaire est avantageusement dans les tonalités blanc chaud

    Retour au début des questions

  • Y a t-il un effet de vaguelettes lumineuses ?
    Oui, cet effet est même très marqué. Il est du à la ponctualité des sources LED et aux mouvements de surface air/eau formant des dioptres alternativement convexes et concaves, c'est à dire des loupes focalisant la lumière au grès des vaguelettes de surface. Cet effet, visuellement plaisant, est aussi efficacement utilisé par les organismes photosynthétiques car il correspond à des flash lumineux améliorant le rendement photosynthétique.

    Retour au début des questions

  • Si je change de bac le système est-il évolutif ?
    Oui, alpheus propose le retrofit des modules dans une autre géométrie adaptée à de nouvelles dimensions de cuve. Seule l'ossature, c'est-à-dire le cadre, sera modifiée avec aussi la possibilité d'ajouter ou retirer des modules.

    Retour au début des questions

  • Cette technologie est chère à l'achat, est-elle économiquement intéressante ?
    La technologie LED est un investissement, la rentabilité est seulement acquise au fil du temps. Voici les points d'économies :
    - Moindre consommation d'électricité pour la rampe (environ deux fois moins que pour les technologies classiques T5/HQI)
    - Pas de changement d'ampoules à prévoir pour les cinq à sept ans à venir (entre six et 12 mois pour les ampoules HQI et tubes T5)
    - Aucun échauffement en direction de l'aquarium et un moindre échauffement de l'air ambiant ce qui permet de réduire les dépenses de climatisation
    Une analyse de rentabilité personnalisée est fournie avec le devis, elle permet à chacun d'estimer l'amortissement du cout initial. Il convient de comparer ce qui est comparable, et, par exemple, ne pas compter le prix du contrôleur de gradation optionnel si la rampe équivalente HQI n'en est pas équipée, ou encore des ballasts électroniques et non pas des ballasts ferromagnétiques (qui ont un rendement de 70% seulement et seront bientôt complètement obsolètes).

    Retour au début des questions

  • A quoi servent les optiques de focalisation secondaires ?
    optiques secondaires sur LED alpheusLes optiques de focalisation secondaire ont le rôle essentiel d''adapter le cône lumineux à la géométrie de l'aquarium. Sans optiques secondaires des pertes sont inévitables. Elles ont également une fonction seconfdaire de protection des LED contre l'atmosphère saline. En effet les modèles retenus (LEDIL Emily 30°, 40° et 70°) sont parfaitement étanches une fois en place. Cette série d'optiques en PMMA est d'excellente transmissivité optique (rendement > 90%), alpheus utilise aussi des optiques LEDIL Emily à flux elliptique dans le cas d'installations horticoles spécifiques (murs végétaux).

    Forme ou ‘angle d'ouverture ’ du collimateur optique
    Le rôle du collimateur est de focaliser ou diriger la source sur la zone à éclairer. Très souvent le composant LED est déjà équipé d’un dôme optique, cependant sa large diffusion (ouverture de l’ordre de 125°) nécessite pour nos applications un dispositif secondaire de concentration du flux sur une zone délimitée. La distribution de ce flux est généralement définie dans une courbe de répartition en 2D de la lumière au travers du collimateur. La forme obtenue peut être symétrique (cas général) ou bien asymétrique, cas par exemple des optiques ‘wall wash’ pour l’éclairage de murs végétaux. Dans le premier cas il est précisé un angle, par exemple 10°, 40° ou 70° formant un cône, dans le second deux angles selon les axes verticaux et horizontaux. Ce (ou ces angles) caractérisent en fait le flux médian (moyen) relatif au maximum. C’est-à-dire l’angle auquel la puissance lumineuse est la moitié du maximum (souvent du centre). Ainsi plus la valeur de cet angle est faible plus le flux lumineux est concentré. Plus rarement est aussi défini un second paramètre: l’angle relatif au flux à 10% du maximum. Cette deuxième information permet de mieux appréhender la forme globale du flux (son atténuation angulaire) sans pour cela de disposer de la courbe polaire. Un petit schéma explicatif facilite la démonstration :

    Il est bien évident que les deux optiques du schéma ci-dessus, pourtant de même angle d'ouverture (même valeur d’angle au flux médian de 50%) ‘focalisent’ différement. Elles n’auront absolument pas les mêmes résultats, la courbe en rouge aura un effet de concentration bien supérieur à celle en rouge.
    On voit ainsi que le flux correspondant à l’ouverture à 50% du collimateur optique n’est pas nécessairement représentatif d’un ‘spot’ et qu’il est possible qu’une importante quantité de lumière ‘parasite’ soit émise au-delà de l’angle souhaité et indiqué.
    Notre premier enseignement : La connaissance de l’angle à 50% du flux est utile pour connaître comment le collimateur focalise, mais il est préférable d’avoir connaissance du flux relatif à 10% du maximum ou bien de consulter les courbes polaire et angulaire de l’optique pour effectivement estimer correctement la couverture lumineuse du collimateur. Ces informations sont malheureusement rarement disponibles pour les produits ‘low cost’.

    Courbes obtenues avec les optiques montées sur les LED des modules RADIOMETRIX ‘reef’ (ouverture 40°)

    Bien entendu les optiques des différentes sources LED composant le luminaire forment au final un ensemble qui doit lui-même être homogène et répondre au besoin. L’association des différents collimateurs est du ressort du concepteur du luminaire.

    Efficacité
    Outre l’aspect distribution spatiale abordée ci-avant, le flux est impacté par le ‘rendement’ optique qui est le rapport entre la mesure de la totalité de la lumière entrant et celle sortant du dispositif optique multiplié par 100 pour obtenir le résultat en %. C’est-à-dire le rapport entre la lumière émise par la LED et celle transmise par le collimateur. La matière utilisée pour la réalisation de l’optique est cruciale. Il est très important d’utiliser des matériaux de haute qualité comme le PMMA (Polymethyl Methacrylate). Outre sa bonne transmissivité optique ce matériau garantit une longue durée de vie sans détérioration des performances alors que l’environnement peut aussi impacter la durabilité (humidité, chocs thermiques …). Les lentilles bon marché sont malheureusement aussi les moins bonnes (polycarbonate, polystyrène, styrène acrylique nitrure ou similaires) et outre un moins bon rendement initial, elles se détériorent aussi dans le temps (jaunissement, aspect laiteux).
    Le second point impactant l’efficacité est la qualité du moule et l’adéquation de l’optique aux composants LED mis en œuvre. En effet l’utilisation de lentilles génériques pour différents types de LED conduit à une baisse des résultats car celles-ci ne seront pas précisément ajustées au plan focal des différentes LED. Le seul moyen vraiment efficace est de sélectionner l’optique et de vérifier si celle-ci est conçue pour la référence de LED.
    Notre deuxième enseignement : Il est possible d’atteindre un bon rendement, de l’ordre de 90%, mais il est également possible de dégrader les performances avec un matériau de mauvaise qualité, un moule (forme) peu performant, peu durable ou encore avec une inadaptation entre optique et composant LED.

    Dimension de l’optique
    Il est possible d’affirmer que pour un modèle donné plus le collimateur optique est de grande taille, meilleur est le résultat obtenu. Mais les grandes optiques sont chères et prennent de la place. Il est aussi vrai qu’au-delà d’une certaine taille il devient inutile d’augmenter la dimension de l’optique car le gain devient négligeable. Ainsi des valeurs optimales peuvent être définies pour les différentes familles de composants LED. Dans le cas des LED CREE XM-L et Luxeon Rebel utilisées sur le modèle RADIOMETRIX, le diamètre des optiques est de 26mm soit un peu supérieur à celui recommandé (21mm). Avec une optique de 16mm le résultat serait un peu dégradé et avec une optique de 10mm la baisse serait significative. Bien entendu il s’agit du diamètre pour des collimateurs ‘simple LED’, pour des assemblage de LED ou bien des optiques pour plusieurs LED la valeur indiquée n'est pas applicable. Ainsi, pour des LED type XM-L, XP-G, Rebel, ..., le choix de petites optiques de 10mm ne peut être justifié que pour réduire les coûts de fabrication au détriment du résultat. Troisième enseignement : Choisir une optique de grande taille est préférable à une petite, le résultat sera simplement plus efficace.

    Conclusion
    La sélection des collimateurs optiques pour un luminaire LED impacte sur les performances. De nombreux paramètres sont à considérer et chaque dispositif doit être évalué en détail. Se baser simplement sur l’angle [du flux à 50%] est insuffisant. L’analyse des divers produits disponibles a permis à alpheus d’opter pour ceux de la société LEDIL qui permettent d’atteindre les performances attendues pour nos différents design : aquariums récifaux, aquariums d’eau douce et aussi ceux à usages horticoles dont les murs végétalisés. Chacune de nos solutions dispose ainsi d’optiques spécialisées, sélectionnées pour atteindre les meilleurs résultats.

    Retour au début des questions

  • A quelle distance de l'eau la rampe doit être placée ?
    La rampe est placée entre 15 et 40cm de la surface, 25 à 35 cm est optimal.

    Retour au début des questions

  • Comment le luminaire est-il protégé contre la corrosion ?
    Un grand soin est apporté pour lutter contre la corrosion de l'atmosphère saline. Les circuits possèdent un verni épargne noir puis sont recouvert d'un verni de tropicalisation à forte résistance. Les connecteurs sont protégés par une graisse spéciale. Les LED sont encapsulées individuellement dans une optique étanche. Le fait de pouvoir placer la rampe à environ 25cm de la surface grace au choix des optiques secondaires améliore aussi la résistance à la corrosion saline. Il faut malgré tout préserver des projections d'eau directes et répétes, nettoyer les modules si des traces de sel sont constatées. En eau douce le problème est largement minoré.

    Retour au début des questions

  • Comment calculer la puissance nécessaire ?
    aquarium JLC LED alpheusLe plus simple est de nous contacter, nous établirons une solution technique et commerciale spécifique et adaptée à votre besoin. Pour définir la puissance radiométrique nécessaire à un bac récifal nous avons développé une feuille de calcul où sont pris en compte les dimensions de la cuve, le biotope, les éléments de décor et son organisation et les mesures en milieu réel (issues de la littérature) et, bien entendu, les caractéristiques de nos modules LED. Ainsi nous définissons à partir de nos modules standards (39cm, 50cm, 61cm, 72cm et 83cm), la composition du dispositif pour répondre au besoin. Pour une meilleure compréhension des chiffres communiqués, nous extrapolons un équivalent HQI basé sur un modèle standard de lampe HQI (en l'occurrence la BLV Nepturion 10000k + un bon réflecteur + un ballast électronique). La quantification en lumens peut ne pas correspondre à cet équivalent HQI cependant, du point de vue des résultats sur les invertébrés zooxanthellés, celui-ci sera supérieur. Cette composition de rampe alpheus RADIOMETRIX a aussi une puissance électrique pour la consommation des LED et la perte due au rendement de conversion de l'alimentation. Nous indiquons aussi ces deux paramètres (puissance électrique dédiée aux LED, puissance électrique totale consommée). Vous avez ceratinement déjà compris que la puissance électrique n'est pas le point clé de comparaison avec la concurrence ni même avec notre précédente génération, cependant ce sera un élément fort utile d'appréciation du cout d'utilisation et du calcul de l'amortissement.
    Vous pouvez aussi noter qu'avec nos premières rampes CREE XR nous avions imposés le ratio 50/50 entre bleu et blanc, désormais un ratio standard chez nos concurrents. La nouvelle RADIOMETRIX est composée de deux LED Rebel bleues pour une unique XM-L blanc 6500K. Devant le flux lumineux fourni par la XM-L (500 lm versus 40 lm pour la bleue) la température de couleur est voisine de la précédente génération et une LED unique XM-L remplace haut la main deux LED XP/XR. Parions que le rapport 2/3 deviendra un standard pour les nouvelles séries conçues autour de ces LED de très hautes performances. Ainsi, entre notre première génération CREE XR/XP équipée des meilleurs BIN de cette famille et donc encore largement supérieure aux équivalences de la concurrence (basée sur Brigdelux par exemple), et cette toute dernière RADIOMETRIX c'est un gain de 50% que nous avons obtenu à même consommation électrique ! Ceci est le résultat d'une mise en œuvre rigoureuse et de la sélection des meilleurs composants.

    Retour au début des questions

  • Peut-on changer un circuit LED ?
    Très facilement, chaque circuit est vissé sur le dissipateur thermique et relié électriquement par connecteurs débrochables. La pâte thermique KP12 sans silicone utilisée s'essuie facilement avec un chiffon, elle ainsi facilement remplacée lors de l'échange du circuit. alpheus a conçu le circuit LED, ainsi nous sommes en mesure de le faire évoluer avec de nouvelle génération de LED, il n'y a aucune difficulté pour garantir le SAV sur une longue période puisque nous ne sommes pas tributaires de circuits de distributions externe à la société et pouvons adapter notre circuit à tout types de LED.

    Circuit LED alpheus

    Retour au début des questions

  • Comment vont évoluer les LED ?

    CREE XM-LIl s'agit d'une question difficile car nous ne pouvons prévoir exactement l'évolution de la technologie. Cependant notre système permet le remplacement des circuits LED et du circuit de régulation. Si la même technologie est disponible, ou une assez proche, seuls les circuits LED sont échangés (c'est une tâche que vous pouvez accomplir avec l'aide d'un tournevis et l'application de pâte thermique qui sera fournie avec les nouveaux circuits). Une autre étape d'évolution peut nécessiter le remplacement du circuit de régulation pour s'adapter à de nouvelles caractéristiques électriques (procédure de remplacement identique au circuit LED). La sréie RADIOMETRIX est pour cela compatible avec l'ancienne génération (même format mécanique et électrique, alimentation et contrôleur) car la fidélisation est aussi importante que l'innovation. Aussi les clients ‘génération XR-E' pourrons nous retourner les modules pour rétrofit, cette précédente génération ayant les LED collées à l'adhésif thermoconducteur alors que sur la nouvelle RADIOMETRIX la pâte thermique n'est pas adhésive et ne nécessite plus ce retour en atelier.

    En ce qui concerne l'évolution probable des LED : actuellement les meilleurs rendements 'sur table' sont de 180 lumens/Watt, il est prévu une limite technologique de 220 lumens/Watt cela laisse donc une place à la progression. Nous ne constatons pas une véritable baisse de prix, une amélioration certes mais pas plus. En revanche le gain énergétique est nettement supérieur ce qui permet un amortissement plus rapide de l'investissement. Voici à titre d'argument l'historique de nos réalisations :
    - 2006 premiers essais et prototypes basés sur la Luxeon K2,
    - 2009 commercialisation des luminaires génération CREE XR-E,
    - 2011 commercialisation de la gamme RADIOMETRIX basée sur des CREE XM-L et des Luxeon Rebel-ES.
    C'est-à-dire un saut technologique significatif tous les deux ou trois ans avec une amélioration significative du rendement pour chaque génération sans vraie différence de cout par LED..
    Faut-il être déçu lorsqu'une nouvelle génération voit le jour ? Certainement pas si la fonction est toujours assurée ! Comme pour tout produit technologique (appareil photo, téléviseur, etc.) la course au produit de dernière génération est vaine. Il faut savoir changer à bon escient lorsque les performances changent réellement la donne. Ce produit est fait pour durer et limiter les recyclages, pensez y.

    Retour au début des questions

  • Peut-on gérer la rampe avec un automate Profilux ou Arduino ?
    C'est possible, il faut cependant utiliser une interface, par exemple pour le Profilux le LEDcontrol4passive celui-ci possède quatre canaux PWM (impulsions numériques) compatible directement avec notre circuit de régulation. Le résultat est moins précis que le contrôleur PWM alpheus ETHER qui fonctionne en mode 16bits et dispose ainsi de 65000 pas de réglages qui permettent le véritable éclairage lunaire ainsi qu'une progression très douce et subtile, sensible en faibles éclairements.
    Il est aussi possible d'utiliser tout autre contrôleur PWM en TTL 5 Volts ou 3.3 Volts de fréquence 100 à 50 KHz (Arduino par exemple), en 16 bits le pas est de 0,02% pour une fréquence de base de 100 Hz et nous conseillons pour cela 100Hz à faible niveau d'éclairement et 200 Hz à partir d'un rapport cyclique de 10%. En mode 8 bits, qui est le standard pour les logiciels Arduino, la fréquence peut être quelconque car les pas sont plus grossiers (0,5%). L'interface analogique est aussi possible (Aquatronica) mais seulement en 10-100% pour 0,5 - 2,5 Volts ce qui est beaucoup moins précis et subtil que le réglage par PWM même 8 bits.
    Attention un niveau électrique de PWM en 0-10V peut endommager le circuit de régulation, nous consulter pour une adaptation électrique.

    Retour au début des questions

  • Où se trouve le bloc alimentation ?
    Alimentation MeanWell HLG240Le bloc alimentation est déporté près du tableau électrique (3m de cordon fourni en standard). Ainsi il n'y a pas de tension électrique dangereuse près de l'aquarium. La rampe peut même tomber dans l'eau salée sans crainte de choc électrique ! L'alimentation HLG240 ou HLG320 est aussi IP67 (résistante aux projections d'eau), son rendement est de 93% ainsi elle ne chauffe pas et n'a pas besoin de ventilateur.

    Retour au début des questions

  • Comment est évalué la durée de vie ?

    Beaucoup d'avis sont formulés sur  les LED , avis souvent contradictoires. Ces différents points de vue sont en réalité des interprétations superficielles des documents techniques. C'est le cas notamment de la notion de durée de vie et du chiffre annoncé par la concurrence de 50 000 heures.

    Que représentent exactement ces 50 000 heures ? Que se passe t-il à l'issue de cette durée ? Faut-il alors changer les LED ? S'éteignent-elles ? Ces questions de nombreuses personnes se les posent et nous allons tenter d'y répondre.

    La durée de vie de 50 000 heures est un paramètre communiqué par les fabricants des composants LED (pas des luminaires), celui-ci est décrit précisément dans les normes d'éclairage.

    Les LED qui nous occupent sont destinées à l'éclairage domestique/public. Les organismes de normalisation ont défini une limite d'utilisation des LED nommée L70. Celle-ci ne correspond pas à une panne mais un affaiblissement du flux. Celui-ci doit être insuffisant pour que notre vue ne fasse pas de distinction entre une ampoule neuve et une usagée (ce qui serait désagréable dans le cas d'un remplacement d'ampoule par exemple). Aux niveaux d'éclairements usuels il a été défini un affaiblissement acceptable de 30%.

    Tous basés sur une technologie similaire, les fabricants de composants LED indiquent une L70 de 50 000h dans les conditions normales d'utilisation. En conséquence ces 50 000 heures (soit 11 ans environ à 12h/j) impliquent l'acceptation d'une perte de 30% du flux lumineux (et radiométrique). En complément est indiquée la durée de vie à extinction des LED qui se situe généralement après 100 000 heures.

    Est ce vrai pour toutes les LED ?

    Tous les fabricants de LED de puissance indiquent des durées de vie selon la L70 de l'ordre de 50 000 heures. Mais ceci selon des conditions d'utilisation et d'environnement dont les limites sont fixées par chaque fabricant et celles ci sont à la fois très strictes et techniquement très contraignantes. Un des impacts les plus importants sur la durée de vie des LED est l'élévation thermique de la puce. Pour cela on se base sur la température de jonction, c'est-à-dire la température au cœur de la LED. En clair plus une LED chauffe plus elle s'use vite. Ainsi un composant LED de puissance sans aucune dissipation thermique additionnelle ne fonctionne que quelques heures.

    A titre d'exemple voici un tableau édité par le fabricant des LED LUXEON Rebel (Philips Lumileds)

    Durée de vie LED  

    Décryptons ce graphique intéressant à plus d'un titre.

    Les tests ont été effectués pour une intensité de 700mA (la LED prise en exemple supporte pourtant un courant maximal de 1A) à trois températures de boîtier différentes 55°C, 85°C et 120°C. La température de boitier est celle de l'extérieur du composant et cela correspond respectivement à des températures de jonction interne de 74°C, 103°C et 138°C. A une température de jonction de 138°C, la LED va perdre 30% de son flux en moins de 35 000h alors qu'à 103°C, cette durée dépassera les 54 000 heures (l'extrapolation peut laisser prévoir une durée de 70 000 heures). Par contre à 74°C, la LED va sans problème dépasser les 100 000 heures. On voit aussi que la perte de flux est relativement linéaire (attention à l'échelle logarithmique du graphique) et se situe à environ 5% toutes les 10 000 heures pour une température de jonction de 103°C.

    La température de jonction dépend de deux facteurs :

    1. La puissance électrique dissipée par la LED définie par le courant d'utilisation et la tension VF de la LED
    2. La résistance thermique cumulée de la jonction LED à l'air ambiant (Cf schéma ci-dessous).

    Dissipation thermique LED

    • 1. Jonction de la LED. Une température maximale TJ est spécifiée par le fabricant de la LED. Cette jonction produit de la chaleur par effet Joule tel que P=UxI, soit proportionnel à la tension VF de la diode et le courant de régulation.
    • 2. Boitier de la LED, le fabricant de la LED indique sa résistance thermique RTH, plus la valeur est faible, meilleure est la communication de la température TJ à l'extérieure de la LED. Un exemple : pour une RTH de 5°/W et pour une tension VF de 3V et un courant de 700mA , soit 2W, la différence de température entre la jonction et le boitier est de 10°.
    • 3. Câblage par soudure de la LED, si le PAD thermique est correctement soudé la RTH est faible. Ce câblage par soudure est effectué en refusion sans plomb (RoHS).
    • 4. Zone de cuivre du MCPCB (Metal Core Printed Circuit), la zone de cuivre doit être la plus large possible au niveau du pad thermique de la LED afin d'augmenter le contact avec la semelle en aluminium. 2cm²/LED est une surface correcte. L'épaisseur de cuivre est aussi un atout, alpheus utilise une couche de 70µm en finition nickel-or chimique pour ajouter une résistance contre la corrosion.
    • 5. Isolant du MCPCB, ici se cache la propriété essentielle du MCPCB qui qualifie sa conductivité thermique, alpheus utilise des MCPCB avec un isolant d'excellente conductivité thermique est d'épaisseur réduite alors qu'il est facile de dégrader le résultat avec un MCPCB ou FR4 (Flamme Retardant 4 = résine époxyde) de conductivité thermique médiocre. Parfois un FR4 de faible épaisseur est collé sur une plaque aluminium, donc un MCPCB fortement dégradé . Les MCPCB, comme Laird ou Bergquist, ont un cout certes supérieur mais assurent une meilleure longévité aux composants LED.
    • 6. Plaque d'aluminium, sa très forte conductivité thermique fait que celle-ci intervient que peu dans le calcul, elle est de moindre importance. Celle-ci diffuse cependant la chaleur au dissipateur thermique et sa surface doit être suffisante.
    • 7. Pâte thermique. La pâte thermique joue aussi un rôle important dans la conduction de la chaleur. Son objectif est de mettre en contact les deux surfaces d'aluminium. alpheus utilise une pâte thermique de 10W/m-K sans silicone pour une performance maximale maintenue dans le temps (par comparaison une Artic Silver 7 ne fait que 7W/m-K et il s'agit d'une très bonne pâte thermique). La pression doit être suffisante pour réduire l'épaisseur de pâte. L'absence, ou même la moindre qualité de la pâte thermique peut avoir des résultats désastreux ainsi qu'une mise en contact approximative du MCPCB et du dissipateur thermique. Si le dissipateur thermique reste froid, ce point a été négligé.
    • 8. Dissipateur thermique. Il s'agit de l'échangeur de chaleur avec l'air ambiant. Sa forme et surface sont calculées pour assurer la convection. La couleur noire permet d'améliorer significativement (10%) le rayonnement thermique. Un dissipateur mal calculé, sous-dimensionné, mal orienté, peut entrainer une élévation thermique au-dessus des recommandations fabricants de LED et raccourcir la durée de vie prévue par ceux-ci.
    • 9. Air ambiant. La température de celui-ci sert de référence pour le calcul de l'élévation thermique interne de la LED. Ainsi cet air ne doit pas s'élever au-dessus d'une limite maximale pour garantir le bon fonctionnement du luminaire. alpheus fixe à 45° cette limite pour ses luminaires. Au-delà, par exemple si la rampe est confinée, il est nécessaire de mettre en place un flux d'air (ventilation).

    L'alimentation de la LED est un autre point contraignant, point réglé par une gestion électronique de qualité. Le courant ne doit pas excéder une limite fixée par le fabricant de la LED ce qui implique une régulation en courant. Il est délicat de réaliser cette régulation avec un bon rendement, qui implique un fonctionnement par découpage, tout en réduisant les pics de courant qui peuvent, s'ils sont répétés, détruire progressivement le composant LED, ou, s'ils sont trop importants, le détruire rapidement. Ces pics de courants sont difficilement détectables autrement qu'en observant le signal avec un oscilloscope aussi un simple ampèremètre ne suffit pas à vérifier le courant d'alimentation des LED. L'utilisation des LED à leur courant maximal impose la réduction des pics à une valeur nulle (ce qui est pratiquement impossible), une valeur plus basse donne une marge de bon fonctionnement sans toutefois une garantie. Une seconde précaution indispensable est l'utilisation d'une source de tension primaire qualifiée pour fournirde forts courants d'appels sans surtension excessive ni risque de défaillance aussi il est important d'utiliser des alimentations prévues pour cet usage.

    Les calculs thermiques et de puissance dissipée sont finalement intimement liés. Ils reposent sur la sélection et connaissance des composants électroniques LED et une mise en oeuvre basée sur les règles de l'art. Une simulation thermique et électronique puis la validation (mesures et tests) qualifient les performances. Ainsi les choix initiaux vont impacter sur les résultats immédiats mais aussi sur la durabilité du luminaire. On peut constater pratiquement de grande divergences dans la longévité des équipements selon les différents constructeurs alors que beaucoup ne revendiquent simplement que la longévité des composants LED soit 50 000h ce qui est, nous l'avons vu, impossible à obtenir et, d'autre part, incohérent avec les besoins physiologiques sans une marge de puissance comme notre dispositif en dispose. Car qu'en est-il pour un luminaire d'aquarium ou un éclairage horticole à vocation photosynthétique ?

    Trois remarques :

    1. 30% d'affaiblissement du flux lumineux est adapté au domaine de l'éclairage domestique et de notre perception de la luminosité mais cette variation est trop importante pour ne pas ressentir un effet sur les invertébrés zooxanthellés car, si notre vue ne fait que très difficilement la différence, la baisse de celle–ci aura un impact proportionnel sur leur physiologie.

    2. Les conditions de mise en œuvre, gestion thermique et régulation de courant, peuvent dégrader la durée de vie statistique des LED aussi la qualité de conception et de fabrication du luminaire est un facteur important pour garantir un temps d'utilisation normal. Le calcul de la durée de vie intègre toujours un 'profil de vie', c'est-à-dire les conditions d'utilisations.

    3. La durée de vie du composant LED, même s'il est le plus couteux et le plus sensible, n'est pas celui du dispositif complet qui doit être envisagé dans son ensemble ainsi quel les moyens de remise en état.

    A partir de ces éléments alpheus conçoit des dispositifs qui mettent en œuvre une gestion électronique et thermique performante, très au dessus des recommandations fabricants. Les limites ne sont jamais atteintes et restent dans le raisonnable pour garantir des caractéristiques constantes et fiables, ceci bien entendu au détriment de la puissance lumineuse brute. Un autre avantage de cette gestion prudente est l'obtention d'un meilleur rendement et donc une moindre consommation électrique à flux lumineux donné

    Il faut aussi tenir compte d'un affaiblissement acceptable pour les invertébrés symbiotiques aussi alpheus n'indique pas pour ses luminaires une durée de vie de 10 ans ou 50 000h pour un usage aquariophile mais entre 5 et 7 ans. Par ailleurs nous avons sur notre contrôleur de gradation une fonction 'maintien du flux constant' pendant la durée de vie qui permet, outre la prolongation de cette durée d'exploitation, de maintenir très exactement les mêmes conditions de maintenance pendant toute le durée de vie de la rampe. Celle-ci peut ainsi être allongée dans le cas d'une réserve de puissance initiale.

    Enfin il est prévu des éléments facilement échangeables (un simple tournevis suffit) pour le remplacement en fin de vie des LED ou du circuit de régulation, sans retour ni dépose de la rampe. Et les modules consituant le luminaire ont aussi un fonctionnement indépendant les uns des autres ce qui permet leur échange si on souhaite pas intervenir pour l'échange de circuit.

    Vous avez compris qu'il est préférable, ou simplement plus juste, de parler de durée de vie d'un luminaire pour son application liée à la photosynthèse plutôt que durée de vie des composants LED. Annoncer 5 à 7 ans est moins que 50 000h, cependant c'est un chiffre honnête, basé sur un calcul réaliste et notre retour d'expérience. Il est ainsi intéressant de constater que tous nos luminaires construits donnent entière satisfaction à leur propriétaire respectif alors que nous annonçons 5 à 7 ans et quel les constructeurs concurrents qui annoncent 10 ans et plus connaissent des déboires dés la première année ! Notre REX (Retour d'EXpérience) est excellent et cela vaut bien mieux que les annonces.

    Retour au début des questions

  • Que se passe t-il à la fin de vie des LED, faut-il tout changer ?
    Non, à la fin de vie des LED seuls les circuits LED sont à changer. Ceci peut être fait progressivement et ne nécessite ni connaissance particulière ni talent de bricolage. Il est probable que les évolutions permetteront même un 'upgrade' des luminaires bénéficiant ainsi des progrès technologiques.

    Retour au début des questions

  • Comment dois-je procéder pour avoir un devis ?
    Le site propose un calculateur en ligne pour l'évaluation technique et financière. Cette première approche est complétée par l'établissement d'un devis qui est une étape plus formelle et qui permet aussi la validation du projet en fonction de notre expérience et connaissances. Il suffit d'envoyer un courriel à l'adresse contact@alpheus-aquarium.com en précisant :
    - Les dimensions de la cuve (Longueur x largeur x hauteur)
    - La présence de ceinturages, de renforts, de surverse
    - Le biotope (eau douce, F0, coraux mous, LPS, SPS) les précisions que vous pouvez apporter
    - Les contraintes spécifiques (par exemple suspension existante)
    - L'éclairage actuel si le projet est un remplacement
    Vous pouvez aussi ajouter une photo, un petit croquis, tout élément permettant de répondre au mieux à votre besoin.

    Retour au début des questions

  • Avez-vous une solution pour les Red Sea RSM 130 ou RSM250 ?
    Non, actuellement nous n'avons pas ce produit disponible par ailleurs chez d'autres constructeurs

    Retour au début des questions

  • Avez-vous une solution pour les nano et pico-récifs ?
    Pas encore mais nous y travaillons afin de fournir une solution pertinente à cette triple problématique : Faible cout, efficacité et discrétion esthétique

    Retour au début des questions

  • Quel est le code de connexion Bluetooth ?
    91230, le code postal de Montgeron, si celui-ci ne fonctionne pas essayer le code par défaut 0000

    Retour au début des questions

  • Le rendement de l'alimentation est-il important ?
    Oui car il influe très significativement sur le résultat final. Un produit bas de gamme aura un rendement d'environ 80% alors qu'un produit haut de gamme, comme celui implanté sur les rampes alpheus, aura un rendement supérieur à 90%. Par exemple pour une consommation réelle de 300 Watts une alimentation 80% consomme 360 Watts alors qu'une de 90% ne consomme que 330 Watts. Cette différence de rendement fait que le cout initial est rapidement amorti par l'utilisateur cependant peu de constructeurs favorisent les performances lorsque des économies sont possibles à prix de vente égal.

    ROHS Energy StarERP

    Retour au début des questions

  • Comment est conçu et fabriqué un éclairage alpheus ?
    Fabrique en FranceUn luminaire alpheus est intégralement conçu, développé et fabriqué en France, des schémas initiaux à l'expédition finale, logiciels compris. Les composants électroniques (LED CREE ou Philips Luxeon par exemple) sont nécessairement approvisonnés auprès des distributeurs officiels pour l'Europe (VSO, Future electronics). Les optiques choisies sont celles du constructeur finlandais LEDIL. Ceci permet le contrôle qualité tout au long du process, la maitrise des références d'achats, la maintenabilité et le SAV. Nous sommes également fiers de travailler avec des sous-traitants de fabrication français pour l'usinage mécanique des dissipateurs (Pont Audemer), la réalisation des circuits imprimés MCPCB et FR4 (Narbonne), le câblage électronique et filaire (LED à Narbonne, régulation et contrôleur à Roanne), la tôlerie et l'intégration finale (Mâcon). Tous participent à ce projet sans ménager leurs efforts pour être compétitifs et conserver un niveau élevé de qualité. La conception matérielle et logicielle est interne à alpheus.
  • assemblage modules alpheus assemblage modules alpheus
    Préparation des modules alpheus RADIOMETRIX avant intégration finale à l'usine de Mâcon

    Nos éclairages photosynthétique sont aussi l'occasion d'un clin d'oeil partriotique : bleu blanc rouge, nos LED photosynthétiques ! ;)
    Retour au début des questions

    Comment prendre le contrôle à distance ?

    Teamviewer permet d'accéder à distance et de manière sécurisée au PC sous Windows qui supporte ETHER. Cela est utile pour prendre le contrôle à distance, par exemple lors d'une absence prolongée ou bien pour ‘changer' de plateforme, par exemple Mac OS ou Androïd.
    Il est disponible sur Windows, MacOS X, Linux, Androïd et Iphone. La version tout public est gratuite pour tous les systèmes.

    Sur le PC hôte il n'y a rien à faire, ETHER est préparé pour appeler le client léger TeamViewerQuickSetup, vous avez certainement vu le bouton 'TeamViewer' dans l'onglet 'Services', voici comment l'utiliser c'est très simple :

    Cliquer dans l'onglet ‘Services' puis sur le bouton ‘TeamViewer'

    Le client léger TeamViewer QuickSupport est alors lancé :

    Il faut noter l'ID et le mot de passe (que vous pouvez personnaliser) pour assurer la connexion.

    Sur la machine avec laquelle pour souhaitez prendre le contrôle il faut installer la version de TeamViewer en conformité avec le système d'exploitation de cette machine  :

    Il suffit ensuite de se connecter avec l'ID et le mot de passe pour prendre le contrôle du logiciel ETHER, par exemple sur ce téléphone sous OS Androïd en connexion 3G :

    Retour aux questions

    Comment réussir ses photos avec un éclairage LED ?

    Les photographies sous éclairage LED restituent souvent assez peu le réalisme de la scène car les couleurs ne sont pas très fidèles à celles de l'original. Sans gommer toutes les difficultés de ces prises de vues avec les éclairages LED, notamment due à la mauvaise balance des blancs qui est perturbée par la forte proportion de bleu du spectre, voici un conseil pour améliorer la qualité de vos clichés.

    Pour appréhender ce dernier il faut d'abord faire un retour sur le fonctionnement de la gradation des canaux d'une rampe alpheus RADIOMETRIX™.
    Le réglage d'intensité du flux lumineux de chaque canal affecté à une couleur repose sur un découpage temporel appelé PWM pour Pulse Width Modulation. La largeur relative de l'impulsion 'allumée' par rapport au cycle complet donne le rapport d'intensité lumineuse. Par exemple un découpage à moitié du temps règle le flux à mi puissance. Pour être imperceptible le cycle se reproduit 100 fois par seconde, d'autre part la largeur est modulable par pas de 1/65536, un pas qui permet un réglage très fin versus les systèmes 8 bits en 256 pas. Les différents canaux ne sont pas allumés simultanément afin de réduire les appels de courants et ménager l'alimentation. Le schéma ci-après indique un exemple de fonctionnement avec deux canaux, un blanc à 60% et un bleu à 50% :

    réglage PWM de deux canaux LED
    Le canal bleu s'allume et à 50% du cycle s'éteint, le canal blanc s'allume avec un retard de 40% du cycle et s'éteint à la fin du cycle

    Ce fonctionnement peut interférer avec le temps d'exposition ou l'obturateur de la prise de vue, photo ou vidéo. Ainsi, si le temps d'exposition est faible devant le cycle PWM, il est probable que la distorsion chromatique due au moment du déclenchement soit importante. En mode vidéo il est possible de rencontrer des phénomènes de clignotements (ou 'battements', interférences de signaux périodiques).

    Comment atténuer ce défaut ? Deux solutions sont possibles :

    1. Utiliser un temps d'exposition long devant celui du cycle PWM, par exemple 1/10ème ou 1/5ème de seconde. Cette solution n'est cependant applicable qu'avec les scènes fixes (brassage coupé, invertébrés ou plantes immobiles ...) et réservé à la photographie (pas la vidéo), il faut également un appareil avec lequel il est possible de régler le temps d'exposition et utiliser un trépied ou autre support pour l'appareil. L'avantage est de pouvoir fermer le diaphragme et ainsi augmenter la profondeur de champ.
    2. Forcer les canaux à des niveaux proches de 100%. Pour cela il faut piloter temporairement la rampe en mode 'manuel' et placer les réglages à 100% le temps des prises de vues. A l'inverse de la solution précédente il sera possible d'utiliser des temps d'expostion courts.

    Ainsi en fonction de la priorité, vitesse ou diaphragme, on optera pour l'une ou l'autre solution.

    Quelques astuces : Pensez à bien nettoyer les vitres de votre aquarium (intérieures ET extérieures), éliminer toutes autres sources de lumière pour éviter les reflets parasites, placer l'objectif de votre appareil perpendiculairement à la vitre pour réduire les distorsions, l'usage d'un pied améliore la stabilité ainsi que le mode de déclenchement temporisé qui permettent d'éviter le flou de 'bougé'.

    La fonction déclenchement automatique de la webcam avec ETHER permet aussi la réalisation de petits films, à la journée (déclenchement réglé chaque minute) ou sur de longues durées (déclenchement quotidien).

    Retour aux questions


    alpheus - partage réseaux sociaux et blog : alpheus réseaux sociaux facebook Le blog des utilisateurs recommander cette page :

    Textes et Photos ©2009-2017 alpheus / JLC | Contact webmaster
    Le contenu de ce site est la propriété de la société alpheus et ne peut être reproduit sans autorisation écrite de alpheus S.A.R.L.